retraite cheval

Allo, c'est le Père Noël...

Jeudi 25 décembre, 9 h 45, le téléphone sonne :

"Allo, c'est le Père Noël. Mais non, c'est Emmanuel Wat, de France 3...".

Et voilà comment on se retrouve, le jour de Noël, en plein tournage d'un reportage d'actualité sur la retraite de nos chers poilus. Merci à Emmanuel Wat, Marie Benoît et France 3 Midi-Pyrénées pour cette oppotunité de parler enfin de nos "Papys chevaux" et de leurs histoires de dentiers et de déambulateurs ! Trêve de plaisanterie, nos équidés à la retraite sont plutôt en grande forme et ne manquent pas de nous donner du fil à retordre dans l'art et la manière de les manipuler.

Vivre vieux, mais avant tout bien vieillir, c'est tout le mal que nous leur souhaitons et c'est notre terrain quotidien de travail et de progression. A chaque jour un enseignement supplémentaire et à chaque enseignement la possibilité de mieux les servir.

Je vous laisse découvrir ce reportage diffusé par France 3 Midi-Pyrénées le 25 décembre 2014 sur le JT 19/20 mais également le samedi 27 décembre sur le JT 12/13 national. Un petit clic pour 2 mn dans le monde tranquille du cheval retraité :

Retraite, réforme, mise au vert, et quoi encore ?

Un cheval qui cesse de sortir en compétition est-il un retraité ? Pourquoi un pur-sang qui arrête de courir est-il, lui, un réformé ? La balade du dimanche, la rando des vacances ne sont-elles pas des activités équestres ? Comment s'y retrouver ? Qu'est-ce qu'une écurie de retraite ? Quelles prestations en attendre ?

Au moment où un propriétaire souhaite lever le pied et laisser plus de repos à son cheval, il est assez courant que les soins dont il bénéficie dans son écurie de compétition ne soient plus très appropriés. Les chevaux sont au box, les sorties au paddock ne sont pas forcément quotidiennes. Le cheval s'ennuie. Il n'est plus monté aussi intensivement qu'avant et perd le moral dans ses 12 m²d'appartement. Et puis le prix de la pension, qui comprend tout un environnement lié à la pratique de la compétition, devient difficilement justifiable.

Doit-on alors se résoudre à confier son cheval à un établissement "de retraite" où il rejoindra un troupeau de 10 pour vivre au pré en toutes saisons accompagné les jours fastes d'une botte de foin ? C'est un peu comme si on vous proposait de vous extraire de votre vie citadine bien cadrée pour partir vivre en Papouasie occidentale... Il y a sûrement un juste milieu à rechercher.

J'aime mieux parler de réforme que de retraite car un cheval, s'il n'est plus opérationnel pour sortir en concours, est capable de vous offrir encore bien du bonheur et des moments sportifs en pratiquant une autre discipline équestre. Laissez-lui le temps de se refaire une santé physique et morale et il repartira vers de belles aventures avec vous.

Une des plus agréables phrases que l'on m'ait dites est "Ah... de la voir aussi en forme, ça me donne envie de la remonter". Mais faites ! Surtout ne vous retenez pas. La "retraite" n'est pas un deuil, c'est juste un changement de discipline et d'intensité de la pratique équestre. Alors si ça vous démange, ne serait-ce qu'un tout petit peu, sellez votre "retraité(e)", je vous emmène en balade !

Dans certains cas, l'équitation d'extérieur ne plait pas ou votre région ne s'y prête pas et le cavalier doit renoncer à toute activité avec sa monture. D'autres fois c'est l'âge du cheval ou son état de santé qui impose cette "cessation d'activité". Il faut alors rechercher une établissement approprié à sa fin de carrière.

Je ne sais pas exactement à partir de quel âge on peut parler de retraite. Peut-être pourrait-on la définir comme le moment où un cheval n'est plus montable, et ce dans aucune discipline équestre. Chaque cheval a sa propre limite. Je dirais entre 25 et 30 ans.

La retraite est tout sauf une notion simple et contrairement à ce qui est ancré dans beaucoup d'esprits, c'est un type de pension qui n'a rien à voir avec du gardiennage.

Un établissement qui propose de la "retraite" (conservons ce terme puisque c'est le plus évocateur dans l'esprit collectif) est avant tout une écurie où l'on pratique l'équitation de loisir, c'est à dire une équitation polyvalente sans objectif de compétition et donc d'obligation de résultats. C'est aussi une pension qui propose des formules d'hébergement qui reprennent le confort de "l'ancienne vie" du cheval tout en y ajoutant des notions fondamentales comme l'espace, la vie sociale et une alimentation d'herbivore. C'est à sa capacité à marier ces deux mondes et d'accompagner chaque transition que vous jugerez le professionnalisme d'un établissement. Et curieusement, dans chaque pension qui sera capable de dispenser ce niveau de prestations, vous découvrirez des gens profondément amoureux des chevaux.

Bon courage dans votre recherche de l'écurie de vos rêves. Moi, je m'applique à construire la mienne...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site